Chronique de l’Étrange: Viens voir les musiciens!

On connaît les pittoresques musiciens du métro, dont le talent est aussi inégal que leur motivation… Mais l’autobus 45 Papineau regorge aussi de chanteurs, de bardes et de musiciens aussi colorés que différents!

Le mardi soir, la chorale gospel envahit l’autobus après sa répétition. Sa bonne humeur est si contagieuse qu’on ne peut lui en vouloir d’obstruer l’allée. On prie, on chante, on prie Fabiola de chanter… Entre deux hymnes, on raconte même des histoires grivoises!  Prions aussi que personne n’aille répéter ça au pasteur!

Le musicien de l’orchestre symphonique transporte son violoncelle avec l’aisance stylée du vieil habitué. On le reconnaît à son smoking et son noeud papillon (d’un chic!), mais il a troqué ses souliers vernis pour des Converse rouges.

En bas de laine dans leurs sandales Birkenstock en plei été, deux Cégépiennes trouvant l’épilation terriblement grégaire et dépassée, transportent chacune un didgeridoo. Ce long « bâton » de bois peint de plusieurs pieds de long, souvent de l’eucalyptus, est calibré pour donner une seule note, disons «Mi, c’est la moitié d’un tout». Durant le trajet, elles soufflent dans ces instruments aborigènes qui vibrent d’un ton un peu plaintif, tranchant avec les rires de leurs poilues propriétaires.

L’étudiant en direction d’orchestre travaille, les sourcils froncés, la partition annotée et surlignée en 8 couleurs du Requiem de Mozart. Avec passion, vigueur et «swing du toupet», il dirige de la main un orchestre imaginaire qui semble lui donner du fil à retordre.

Bercée par le son de l’application jeu de catapulte (En 2013? Sérieusement??) de mon voisin, les pieds de ma voisine à hauteur d’odorat, puisqu’elle utilise sa grosse valise comme pouf, un guitariste punk rutilant de propreté me fait face. Je suis jalouse de son manucure parfait et de ses ongles vernis de noir à la forme impeccable. Il porte un collier de cuir avec de longs piquants pointus que je ne lui envie pas. Me connaissant, je pourrais très bien m’embrocher moi-même en nouant mes lacets!

Il y a tous les gens qui transportent une guitare ou deux, un harmonica, un djembé, un tuba, un Casio… Je rêve au jour où, pris dans un embouteillage monstre ou un banc de neige immense, tous ces musiciens sortiraient leurs instruments pour jouer et faire un gros jam endiablé et inoubliable! Peut-être n’attendent-ils qu’un encouragement digne de Monsieur Bilodeau, l’animateur de Soirée canadienne?

«Allez-y donc, en avant la musique!»

P.-S. Au lectorat jeunesse: La sympathique émission Soirée Canadienne mettait en valeur un village du Québec, ainsi que ses talents locaux. Imaginez une version folklorique de La Fureur, où la vedette est remplacée par Mme Gingras de Ste-Arthémise-des-Deux-Églises, qui met sa plus belle robe bleu poudre pour danser un rigodon à la télévision!