Rétrospective 2013: 3-2-1, Bonne année!

Après d’heureux soupers et une quantité phénoménale de délicieux beignes de Thérèse dégustés dans la joie… Parmi les articles sur « Quoi faire avec vos restants de dinde », « Quoi faire avec vos enfants possédés du démon » et « Quoi faire avec un couvre-bol de toilette en Phentex orange et brun reçu en cadeau »… C’est le temps des bilans, des rétrospectives, des « Top 10 », des « Pires 12"… Je serai donc originale… À Rome, faisons comme les Romains! (Restons allongés habillés en mou et buvons du vin!)

Au lectorat jeunesse: Le Phentex est une sorte de laine synthétique servant à tricoter de fabuleuses pantoufles deux couleurs, idéales pour garder les pieds au chaud et patiner sur le plancher de la cuisine. Un précieux bonheur pédestre!! Toutefois, prises du syndrome des aiguilles sans repos, des tricoteuses ont jadis eu l’idée troublante de confectionner des poupées qui font peur ou des étuis pour tout couvrir dans la salle de bain, tout, tout, TOUT! Ce qui, en plus d’être un peu kétaine (Selon moi, le Kitsch a dit: oh que je ne me mêle pas de ça et je ne mets pas mon nom là-dessus!), est d’une hygiène douteuse, quand la visite a bu trop de crème de menthe. Si on vous en a offert, vous avez vraiment fait quelque chose de pas fin dans une autre vie.

En 2013, voici les cinq Chroniques les plus lues:

Étrange: Les hauts et les bas d’un sosie de Mario Pelchat
Quand Mario-Pelchat-devenu-vieux sirote à la paille sa bière en canette dans la 45…

Foule sentimentale: Un câlin, Mister T?
Quand le sosie amélioré de Mister T. lit douloureusement Les 5 clés du bonheur amoureux

Souvenirs: O-69
Nostalgiquement mais joyeusement, on se souvient du Bingo Mont-Royal!

Étrange: État de siège
La chasse aux sièges est féroce dans la 45, on se croirait au parti Libéral!

Spéciale Courrier du coeur de Belette
Quand Coeur plein d’espoir cherche Blonde Inconnue Mystérieuse!

Il y eu les trois rats, les deux dames qui ont léché leur cellulaire, le Rocker fatigué pré-retraité qui voulait m’inviter au Marché aux puces 5 étoiles!

Comme Marie Carmen, vous semblez aimer l’ombre et la lumière, les gens qui n’ont pas de manières comme les jolies histoires, les bougonneux autant que les petites filles cutes!

Les passagers de la 45 Papineau m’ont appris énormément; vous, cher public, m’avez appris tout autant! Merci infiniment! Laissez-moi vous couvrir de becs en pincettes!

Pour 2014 qui se pointe le bout du nez, je vous la souhaite bonne et heureuse, de la santé, du bonheur, des Turtles, ainsi que de faire une folie… Petite ou grande, sage ou totalement extravagante, peu importe… Boire du Coke aux cerises, visiter Rigaud ou le Burkina Faso, collectionner les télégrammes chantés, prendre l’autobus!!!

Allez, dites-nous… Quelle folie auriez-vous envie de faire en 2014?

Publicités

Chronique Foule sentimentale*: Un câlin, Mister T.?

45 Papineau, fin de journée. Que vois-je? Incroyable, c’est le sosie amélioré de Mister T.! Jeune et mince, il porte de discrets bijoux et son ardeur au gym lui donne un sculptural corps de dieu grec, mais africain. Il arbore surtout la même célèbre coiffure que l’original! Selon des sources d’une fiabilité douteuse, c’est la crête des guerriers d’une tribu d’Afrique de l’Ouest, les Mandingues.

Au lectorat jeunesse: Mister T. est une solide pièce d’homme qui porte autant de bijoux qu’une dame allant au bingo. Lutteur américain imposant, acteur semi-muet des années 80, personnalité engagée, il a surtout fait carrière comme spécialiste en onomatopées, en bagarres, en BD et en Bubble heads.

Vous voilà cultivés et bien renseignés, ne me remerciez pas, tout le plaisir est pour vous!

Mister T. est complètement absorbé par sa lecture. Le magazine Passion Triathlon? Biceps et cie?

Non.

Les 5 clés du bonheur amoureux.
Pourquoi y a-t-il toujours 5 clés? Proposer la clé universelle, voilà qui sauverait le monde du désarroi amoureux, un coeur esseulé à la fois.

Le petit livre bleu poudre est corné, on dirait qu’il a subi la prise du petit paquet.  Mister T.  lève les yeux au ciel, complètement étranger aux badauds qui l’entourent mais totalement présent avec une personne douloureusement absente.

Face à nous est assise, je devrais plutôt dire échouée, une superbe jeune femme noire. Enceinte jusqu’aux yeux de 6 couples de jumeaux, elle flatte doucement son énorrrrrme ventre et murmure pour ses bébés à naître, de tendres mots d’amour.

Mister T. souffre au fil des pages lues et relues.

Belle Mamma fredonne une berceuse aux mélodies d’un chaud lointain pays.

Discrètement, Mister T. s’essuie les yeux avec son écharpe. Sans bruit, une larme coule sur sa joue.

Belle Mamma appuie sur la sonnette et essaie de s’extirper de son siège. Je me lève et lui tend la main en souriant. Alors que l’autobus nous rend souvent allergique aux autres ou tristement méfiants, elle prend ma main tendue. En se levant, elle me sourit et jette un oeil complice du côté de Mister T.

Elle sait. Leurs regards se croisent.

Son doux regard brun exprime la bonté pure… Sèche tes pleurs, Mister T. Ça va bien aller. Tu verras. Après la solitude et les larmes, il y a l’espoir et un jour, de l’amour.

Et 12 enfants qui courront partout.

Mister T. esquisse un fragile sourire et la salue de la tête.

Oui, il y a de l’espoir.

* Alain Souchon, 1993