Chronique de l’Étrange: Le Courrier du pied mariton

Après le Courrier du genou de Foglia, le Courrier du pied!

Chère Belette,

Je ne sais pas trop comment tu vas, mais je doute fort qu’on te casse les pieds autant que moi! Après tout, ce n’est pas toi qu’on a écrasé sous un VUSVL!! Qui est bourgogne et verdâtre (quelle affreuse combinaison de couleurs!) avec des cloches, hein? Certainement pas toi; tu as conservé ton teint de jeune fille, malgré les efforts du chauffeur de taxi  amateur de reggae et de Vivaldi, qui a galamment fouetté ta joue rose avec ta ceinture de sécurité en te ramenant de l’hôpital!

Tu trouves chaussures rouges à ton pied et tu m’offres un pédicure de temps en temps (Message subtil: le dernier date de quand? Ça commence à urger!), mais je trouve que tu nous prends, moi et mon fidèle compagnon de gauche, pour acquis. Pas que je veuille être mis sur un piédestal, non, mais ce serait le pied que nos généreuses contributions à l’humanité soient appréciées à leur juste valeur! Que serait devenue Cendrillon sans son pied dénudé? Le Prince ne l’aurait certainement pas retrouvée sur Facebook! Est-ce que Félix Leclerc serait aussi célèbre sans sa chanson Moi, mes souliers? Comment aurait-t-on pu imaginer le marathon, le pèlerinage à Compostelle ou la Plaza St-Hubert sans nous, je te le demande!?

Maintenant que j’ai toute ton attention, j’espère bien la conserver quand tu seras remise sur pied et que tu retourneras écornifler dans l’autobus 45 Papineau! J’espère que les bizarres et les drôles seront à pied d’œuvre pour te surprendre à ton retour.

Ton pied droit

Belette et son pied mariton

Advertisements