Chronique Spéciale 1 an déjà: Sandales blues

Gênée, je suis. Vous avez probablement pensé que je vous avais lâchement abandonnés. Ou pire, que j’avais vendu mon nom de domaine à Gab Roy, occupé à vous concocter une chronique trop vulgaire pour vos chastes yeux, sur le scrapbooking porno ou la version heavy metal de Soirée Canadienne!?

Note au lectorat «d’un autre âge»: Gab Roy est un humoriste-vloggeur à l’humour douteux, en recherche de salles, de public et peut-être d’un avocat. Imaginez une version moderne de Zidore Leclerc du téléroman Le Temps d’une paix, armé d’un mégaphone à vingt-six batteries, assez puissant pour que ses «maldisances» se rendent en ville!

Soyez rassurés! Voyez-vous, les médicaments qui, enfin, empêchent mon pied mariton de se prendre pour Jeanne d’Arc au bûcher (sans les voix, ni la coupe de cheveux au fusil du film) font que Morphée m’appelle à toute heure de la nuit mais surtout du jour… Plus insistante qu’elle, c’est la maudite machine téléphonique qui veut «donner» des croisières! Le nain Dormeur ne devait pas écrire beaucoup; moi non plus.

Ce soir, des flocons osent tomber sur la ville. Un affront après la douceur tardive mais d’autant plus appréciée des derniers jours, permettant joies de terrasse ou d’orteils! Étonnamment, Facebook ne gère ni crise d’hystérie collective, ni brosse à la crème solaire 60, odeur de noix de coco (ou-a-che!). Retour aux bottes, les sandales seront de retour après… euh… (insérer ici un effet sonore de  sanglots désespérés)

2013 était bien différent. Nul besoin de s’emmitoufler comme un caniche frileux arborant une disgracieuse tonte lion. L’autobus 45 Papineau, tout guilleret en ce printemps hâtif, m’a offert l’amusante vision des premières sandales de l’année, le 30 mars!  Brunes à languettes de velcro, portées avec des chaussettes noires à l’envers, avec les petits cordons de fils oscillant au gré du vent, ou de la porte qui s’ouvre, selon votre amour de la poésie. Le summum du sens pratique et de la prudence pour éviter un rhume! Tout le contraire du 30 mars dernier, entre deux bourrasques de neige!

Autre souvenir de 2013, il y a un an aujourd’hui… La première fois, on a les mains moites, le coeur battant, le toupet de travers, on est maladroit, on espère bien faire… Ma première fois sur le bouton «Publier» de ce blogue! Allais-je être lue, à part par quelques bonnes âmes «obligées»? Je me demandais parfois, pour moi mais surtout pour vous, paraphrasant la superbe chanson de Louise Forestier, «Pourquoi bloguer quand il y a tant à faire?» En relisant les paroles de Pourquoi chanter, malgré «Le temps précieux des gens soucieux», la meilleure réponse m’est apparue, comme par magie:

Pour le plaisir, le pur plaisir
D’échanger quelque chose

Juste ça. Ou savoir que je vous ai offert un sourire, un jour gris où vous en aviez besoin (moi aussi). Le début d’une formidable aventure, tellement enrichissante grâce à vous! Des tonnes de mercis, mais (presque) tout le plaisir est pour moi. Vraiment.

Permettez que je vous embrasse,

Votre Belette reconnaissante

20140415-223338.jpg

Chronique spéciale 45 Papineau: 10 000 visites!

C’est aujourd’hui qu’a lieu la 10 000e visite sur ce blogue! Incroyable! 10 000… C’est la population de la belle ville de Saint-Raymond-de-Portneuf, là où on peut manger de succulentes guédilles, incluant son enfant chéri, le très connu et très entendu personnificateur d’Elvis, David Thibault, qui chante Blue Christmas sans blue suede shoes, ni toupet banane. Ou le public du court central du Stade Uniprix, si plusieurs sont partis acheter des hot-dogs. Ou encore les «10 000 su’a rue St-Paul» qui ont le Blues de la métropole…

Imaginons que tout ce beau monde là a pris quelques instants pour lire une de mes Chroniques! 62 articles, quelques photos, des personnages attachants ou loufoques, des histoires touchantes ou simplement très bizarres qui, vous me l’avez assez dit, n’arrivent qu’à moi, oui, oui!

À vous qui me lisez de Madagascar ou Rosemont, de St-Esprit ou Dakar, de Chambéry ou Ste-Adèle, du chic Plateau Mont-Royal ou ailleurs… Qui empruntez le transport en commun chaque jour ou jamais dans 100 ans, es-tu folle, j’haguis ça!

La vie moderne, malgré ses nombreuses innovations, ses balayeuses qui aspirent à aspirer toutes seules et ses bagels surgelés déjà tranchés et fromagés (Misère! Au pire, engagez Alfred le majordome ou trouvez un mari sur les Internets; tout mais pas ça!!), n’est jamais un long fleuve tranquille. Il y a surabondance de choses à faire, de contenus à lire, de séries à regarder, de photos de plats à partager, de pensées à tweeter, de gens à aimer… Faux. Comme dit mon amie Mijo, il ne peut jamais y avoir trop d’une bonne chose, alors il y a beaucoup de gens à aimer, quelle chance! Mais pour dire je t’aime, il faut du temps, le seul qui reste au bout de nos jours, comme le chante si bien le grand Gilles.

Drôle de société que la nôtre, où on court après son temps pour ensuite avoir le temps de courir! Rare et compté, il est donc extrêmement précieux! (J’allais utiliser l’expression consacrée « comme de la m****e de pape », mais vu qu’on a deux papes maintenant, l’expression est un peu-beaucoup galvaudée, non? Pardonnez-moi, je m’égare!) Mais c’est à cause de (je devrais plutôt dire grâce à) ce temps qui fuit, de cette vie un peu folle que les moments passés dans le transport en commun ne servent plus à attendre sa destination en contemplant le plafond, faut rentabiliser ce temps, parfois de façon fort créative, comme se raser dans l’autobus! Ne rien faire devient un luxe que même les riches n’ont souvent pas les moyens, ou le temps, de s’offrir!

Bref, à chaque semaine ou juste en passant, vous me faites le cadeau d’un brin de votre temps, votre attention, vos réflexions, entre vos occupations, vos joies et vos soucis… Vous me faites l’honneur de m’accueillir dans votre quotidien, voilà un bien grand privilège, dont j’apprécie chaque parcelle!

10 000 fois merci!

Belette O.

Autobus 45 Papineau

Rétrospective 2013: 3-2-1, Bonne année!

Après d’heureux soupers et une quantité phénoménale de délicieux beignes de Thérèse dégustés dans la joie… Parmi les articles sur « Quoi faire avec vos restants de dinde », « Quoi faire avec vos enfants possédés du démon » et « Quoi faire avec un couvre-bol de toilette en Phentex orange et brun reçu en cadeau »… C’est le temps des bilans, des rétrospectives, des « Top 10 », des « Pires 12"… Je serai donc originale… À Rome, faisons comme les Romains! (Restons allongés habillés en mou et buvons du vin!)

Au lectorat jeunesse: Le Phentex est une sorte de laine synthétique servant à tricoter de fabuleuses pantoufles deux couleurs, idéales pour garder les pieds au chaud et patiner sur le plancher de la cuisine. Un précieux bonheur pédestre!! Toutefois, prises du syndrome des aiguilles sans repos, des tricoteuses ont jadis eu l’idée troublante de confectionner des poupées qui font peur ou des étuis pour tout couvrir dans la salle de bain, tout, tout, TOUT! Ce qui, en plus d’être un peu kétaine (Selon moi, le Kitsch a dit: oh que je ne me mêle pas de ça et je ne mets pas mon nom là-dessus!), est d’une hygiène douteuse, quand la visite a bu trop de crème de menthe. Si on vous en a offert, vous avez vraiment fait quelque chose de pas fin dans une autre vie.

En 2013, voici les cinq Chroniques les plus lues:

Étrange: Les hauts et les bas d’un sosie de Mario Pelchat
Quand Mario-Pelchat-devenu-vieux sirote à la paille sa bière en canette dans la 45…

Foule sentimentale: Un câlin, Mister T?
Quand le sosie amélioré de Mister T. lit douloureusement Les 5 clés du bonheur amoureux

Souvenirs: O-69
Nostalgiquement mais joyeusement, on se souvient du Bingo Mont-Royal!

Étrange: État de siège
La chasse aux sièges est féroce dans la 45, on se croirait au parti Libéral!

Spéciale Courrier du coeur de Belette
Quand Coeur plein d’espoir cherche Blonde Inconnue Mystérieuse!

Il y eu les trois rats, les deux dames qui ont léché leur cellulaire, le Rocker fatigué pré-retraité qui voulait m’inviter au Marché aux puces 5 étoiles!

Comme Marie Carmen, vous semblez aimer l’ombre et la lumière, les gens qui n’ont pas de manières comme les jolies histoires, les bougonneux autant que les petites filles cutes!

Les passagers de la 45 Papineau m’ont appris énormément; vous, cher public, m’avez appris tout autant! Merci infiniment! Laissez-moi vous couvrir de becs en pincettes!

Pour 2014 qui se pointe le bout du nez, je vous la souhaite bonne et heureuse, de la santé, du bonheur, des Turtles, ainsi que de faire une folie… Petite ou grande, sage ou totalement extravagante, peu importe… Boire du Coke aux cerises, visiter Rigaud ou le Burkina Faso, collectionner les télégrammes chantés, prendre l’autobus!!!

Allez, dites-nous… Quelle folie auriez-vous envie de faire en 2014?

Chronique 45 Papineau; Sans mots

Aujourd’hui, je trouve indélicat de rire du quotidien, alors que celui de tant de gens courageux est complètement bouleversé et ne sera plus jamais le même.

Lac-Mégantic: Pensées, prières, respect.

••••••••••••••••••••••••••••••

Le blogue franchira ce matin le cap des 5000 visites. À vous, fidèles des Chroniques de la 45, un chaleureux merci! J’ai donc pensé me présenter…

IMG_0029