Chronique Cute: Un Cupidon au chandail de Spiderman

45 Papineau, mardi soir. À bord, les grands yeux bruns et l’air espiègle (gentil synonyme de «tannant»), Markus, 5 ans. Une mignonne princesse haïtienne potelée, sa soeur Camélia, 6 ans, est assise à côté de lui. En face, leur maman converse avec une cousine. Markus est complètement fasciné par son voisin de banc. Il s’agit d’un jeune Emo, au long toupet en diagonale d’un noir de jais, «noir à lèvres», manteau sombre et multiples bracelets.

Pour faire changement, avis au lectorat… «d’un autre âge»: Imaginez une version punk du Pierrot mélancolique, portant plus de maquillage que Michèle Richard et des bijoux dans plus d’orifices que Monsieur Patate. Vêtu de noir, un Emo a toujours le toupet dans les yeux. Mères du monde entier, prenez des notes: pas de barrette, pas de collage de toupet avec un peu de salive. On se garde une petite gêne!

Markus a une idée. Après l’accrochage de fanal, les salles de danse, les bars, les sites de rencontres, voici la version Markus du «speed dating», le «bus dating».

– Camélia! On trouve une amoureuse à mon ami ici! Qui??
– Hum…. Pas Maman… Pas Clara… Pas la madame avec une canne…
– Non.
– La fille aux cheveux blonds?
– Non, elle rit comme un cheval. Ah ouiiiiii! Elle!!!

Il s’adresse à une brunette en tailleur dans la jeune quarantaine, une boîte de pâtisseries sur les genoux.

– Allô Madame!
– Allô!
– Est-ce qu’ils sont tous pour toi, tes gâteaux?
– Pourquoi tu me demandes ça?
– C’est mieux de partager. Tu vas avoir des grosses fesses, ça te prend un amoureux! Est-ce que tu as un amoureux, Madame?
– (crampée) Hé non!
– Regarde mon ami ici (il pointe Emo), il pourrait être ton amoureux!?
– (amusée) Pourquoi pas! Tu penses qu’il me trouverait de son goût?
– Ah oui, t’es belle! Et je suis sûr qu’il aime les gâteaux! On va lui demander!

(La dame pâlit – Markus s’adresse à Emo)

– Salut! Aimerais-tu que la belle madame ici soit ton amoureuse?

(Elle vire au rouge écarlate, arborant un élégant teint «enseigne de salon de barbier»)

Heureusement, Emo ignore tout des intentions du Cupidon au chandail de Spiderman. Ses écouteurs sur les oreilles, il se contente de sourire gentiment à Markus, qui gigote d’excitation sur son siège.

– Camélia!!! Il a dit ouiiiiii!!!!!!
– (elle chante) Pom, Pom, PO-POM! Pom, pom, PO-POM!!!!

DING!

La dame est sauvée par la cloche, juste avant d’être fiancée avec Emo, de 20 ans son cadet. Il sort de l’autobus, sans savoir qu’une charlotte, ou un millefeuille, s’offrait peut-être à lui ce soir-là.

– Salut Monsieur à la belle cravate! Aimes-tu les gâteaux, toi?

Chronique 45 Papineau: Une bonne dose de cute!

Aujourd’hui, pas de situation glauque ou légèrement insalubre qui vous fera avaler votre boisson chaude de travers. Un infint, c’est cute! Imaginez deux mignonnes durant le même trajet!

Autobus 45 Papineau, retour à la maison. Un homme voyage avec la jolie Charlotte, âgée d’environ 4 ans. Vêtue comme une carte de mode avec jupe en jeans et manteau assorti, un foulard rose et argent au cou. Elle porte des ballerines ornées de pierreries et des collants roses ravalés, assez longs pour convenir à Marie-France Bazzo.

Couchée sur le strapontin, sa tête soigneusement nattée sur les genoux de son père, Charlotte croise ses petites jambes sur le pare-choc rembourré de l’autobus. Maman Belette dirait qu’elle a «la pose qui rafraîchit».

Tout en jasant de sa journée, elle mange un énorrrrrrrme muffin aux carottes. Elle asperge généreusement, mais gracieusement, de miettes le pantalon de son père, qui tente vainement de les épousseter.

Son père la relève doucement, il faut descendre.

– Charlotte, tu veux bien reprendre ton sac?

Vêtu d’un habit gris foncé, désormais garni de miettes de muffin, son père a le gentil air sérieux d’un homme d’affaires. Et les mains pleines. Il transporte déjà un gros sac à dos noir, un étui pour ordinateur portable et un petit sac à dos mauve trop décoré de brillants.

– C’est que… Je suis occupée, Papa!

Dans sa 3e main, il porte un minuscule sac à main ivoire à poignée en corne, orné de coquelicots rouges. Qui, heureusement, va à merveille avec du gris foncé!

Toute en joues et en couettes, la mignonne Alicia, 3 ans, monte à bord et se dandine dans l’allée en chantant à tue-tête les comptines apprises à la garderie aujourd’hui. Même les bougonneux ne peuvent s’empêcher de sourire discrètement, le nez dans leur journal gratuit.

Je vois souvent Alicia et sa maman dans la 45. L’autre jour, elle portait un chandail de La Belle et La Bête, usé d’être trop adoré. Journée spéciale aujourd’hui, elle porte une jolie jupe en tulle rose qu’elle tient délicatement de sa petite main potelée, comme une Lady de Downton Abbey.

Cette semaine, “Il court, il court, le furet” semble un sérieux aspirant au titre du Combat des comptines, tout juste devant “Y avait des crocodiles ». Les enfants connaissent leurs classiques… qui sont aussi les nôtres! Ça ne nous rajeunit pas!