Chronique de l’Étrange: Prendre un verre de bière mon minou

Autobus 45 Papineau, jeudi soir de début d’hiver. Une jeune femme aux cheveux longs mange du pad thaï avec des baguettes, dans une mignonne boîte de carrtrrron ornée de pagodes. Son cellulaire sonne; elle a les baguettes en l’air au propre comme au figuré. PLOUF! Triple vrille dans la boîte!!! D’un air découragé, elle repêche le téléphone dans la sauce du bout des doigts. Non, elle n’imite pas Madame-en-bon-uniforme et son cellulaire noyé dans le yogourt aux pêches! (Déception) Elle l’essuie plutôt mal que bien sur sa besace en cuir-de-St-Côme-mort-de-peur et tente de rappeler, démontrant ainsi les vertus revitalisantes de la sauce aux arachides.

Plus loin, un homme et une femme, début cinquantaine, voyagent ensemble mais trouvent plus amusant de s’asseoir l’un derrière l’autre et d’écouter chacun leur musique. Ils essaient quand même d’avoir une conversation à fort volume, ponctuée de Kessé tu dis là?, de Lâche mes écouteurs, fatigant! et de Oui, mais j’te parle!

Précisons tout de suite qu’ils ont eu un début de soirée bien arrosé et leur vocabulaire est truffé d’une quantité phénoménale de jurons, que je n’oserais jamais répéter ici, par crainte de me faire frotter les oreilles avec vigueur par Maman Belette. Je vais donc les remplacer par un titre de chanson de Noël. Pourquoi? Parce que j’ai sorti mes CD de Noël hier et je partage mon trépignant fardeau de chantonner Fa lalala lalala sans arrêt depuis!

– Vive le vent! Y va donc ben pas vite, le chauffeur, Mon beau sapin! Non mais tsé, Adeste Fideles, ça paraît qu’y a pas bu 6 bières, lui, l’Enfant au tambour!
–  Les anges dans nos campagnes que t’es fatigant, t’avais juste à y aller avant de partir, Sainte Nuit !
– Petit Papa Noël, j’suis allé, mais faut que j’y retourne, Douze jours de Noël!
– L’Père Noël, c’t’un québécois!
– J’vas aller demander au chauffeur pas vite, D’où viens-tu Bergère!?

L’homme se lève, sort son ton poli du dimanche et va s’adresser au chauffeur:
– Scusez-moi, môssieur, kessé vous faites quand vous devez aller aux toilettes, vous?
– Oh, moi je sais ce que je ferais. Mais ce n’est pas la même chose que vous. Pourquoi?
– Mettons que je veux descendre pis y aller, pouvez-vous m’attendre?
– Non, vous devez attendre le prochain bus, malheureusement.
– Ben là! Y fait frette pis ça me tente pas! Si j’descends pis j’y va là-là pendant la lumière rouge, vous êtes ben obligé de m’attendre? Vous allez pas partir sua’ rouge pour me laisser sur le trottoir les bijoux d’famille à l’air?!
– (réprime un petit rire) On peut dire ça.
– Bon ben, j’y va!

L’autobus freine à un arrêt, la lumière devient rouge. Pendant que sa compagne rigole, Monsieur Pressé vole hors de l’autobus et entreprend de satisfaire son besoin primaire sur l’abribus, juste devant le restaurant Chinois-canadien-italien-license complète-Bienvenue aux dames.

Petit appel de phares et l’homme a tout juste le temps de remballer la marchandise avant de remonter.

– Ça bergers! Au moins, j’ai eu le temps d’en sortir la moitié! Envoye, pèse sua suce, j’suis pressé, Minuit Chrétiens!

Malgré ses manières
Un peu particulières,
Chapeau à ce petit rigolo
Assez sage pour ne pas prendre son auto!

Advertisements

10 avis sur « Chronique de l’Étrange: Prendre un verre de bière mon minou »

    • C’était une scène épique à assister, surtout que la période festive des partys de bureau n’était même pas commencée! Parfois, mes yeux n’en croient pas mes oreilles! Merci pour ta visite, Emy!

  1. Vous lire et découvrir votre chronique donne le goût d’aller faire la longue file au métro Papineau pour prendre la 45 jusqu’à Henri-Bourassa . Mais se serait se priver de votre plume et de votre humour sympathique…Merci !

    • Bonjour Lou! Mais un plaisir n’empêche pas l’autre, vous pouvez très bien emprunter la 45 Papineau (merci de la rapporter après, j’en ai besoin – touroutum pishhhh!) et lire mes Chroniques! Merci pour vos bons mots et votre visite, ça fait toujours plaisir, presque autant que du gâteau aux fruits! 😉

  2. Chère Belette,
    Tu n’es plus à l’âge de te faire frotter les oreilles.
    Maintenant et pour quelques années encore, je me contente d’en menacer tes frères.

  3. Merci pour cette astuce littéraire consistant à changer les jurons pour des titres de chansons de Noël, j’adore!

  4. J’avais essayé les fruits et les ustensiles de cuisine, mais carambole, poire Bartlett, ou mandoline et cuillère à trous ne donnaient pas l’effet escompté! Merci pour ta visite et ton commentaire!

Les commentaires sont fermés.