Chronique de l’Étrange: Exercice à la barre

Autobus 45 Papineau, 17 h 30. Christophe, 4 ans, voyage avec son père. À côté d’eux, une étudiante avec de la peinture sur le nez transporte une couverture de déménagement et une oeuvre, catégorie «euh, merci, c’est fin, mais j’ai vraiment pas de place». Juchée sur sa couverture pliée sur le banc, elle tient sa toile sur ses genoux. On a donc l’impression fugitive qu’une muse de Picasso à quatre yeux et aux cheveux mauves de 6’5" prend l’autobus.

Au lectorat jeunesse: Peintre, dessinateur et sculpteur espagnol, Pablo Picasso fait partie des artistes les plus importants du XXe siècle. Le pauvre, penserez-vous, il a raté les grandes inventions modernes, dont les chaussures à velcro, le DVD et la pizza-pochette. Il est reconnu comme le fondateur du cubisme, à ne pas confondre avec le cube Rubik. Ces deux concepts partagent toutefois une passion pour la forme carrée et le fait que les morceaux (cubes ou parties du corps) sont jamais rarement dans le bon ordre.

Christophe regarde la 2e porte arrière de l’autobus-accordéon, inaccessible, ceinturée de ruban jaune «Défense d’entrer».  Il est donc interdit d’entrer dans une sortie!

– Papa! Pourquoi on ne peut pas sortir par cette porte-là?
– Peut-être que les barres sont défectueuses?

Ah, les barres d’ouverture de portes! Souvent dignes d’un vaudeville, nombreuses sont les techniques de «Sésame, ouvre-toi!» (Quelqu’un sait ce que le sésame vient faire dans l’histoire, d’ailleurs?)
Il y a Monsieur Pressé, qui brasse la barre en grognant, comme si ça allait accélérer le processus. La dame au chapeau, qui effleure la barre trop doucement. L’ado qui veut impressionner ses amis et frappe trop fort. Le mime qui tâte un mur imaginaire. La dame qui danse «La Macarena». La personne qui ne sort pas souvent et regarde juste la barre en fronçant les sourcils. La jeune femme un peu pompette qui, confondant barre et poteau, s’y adosse lascivement. Technique plutôt efficace; la porte s’ouvre et la danseuse d’un soir tombe à la renverse sur le trottoir si ses amies ont bu trop de martinis litchi pour la retenir. Très divertissant!

– Papa, qu’est-ce qui arrive quand la barre marche pas?
– Ça empêche la porte d’ouvrir. Moi, j’ai entendu parler d’un monsieur, Gaston, qui voulait sortir et la barre ne fonctionnait pas. Il n’a pas pu descendre et l’autobus a continué à rouler et rouler encore, sans s’arrêter! Quand Gaston est descendu, il a vu le Pôle Nord, les ours polaires et…  Le Père Noël!
– Wow, chanceux! Y’était rendu au Carrefour Laval!!!

Advertisements

4 avis sur « Chronique de l’Étrange: Exercice à la barre »

    • Bien souvent, les enfants sont d’une logique implacable! Ils sont plus « sages » qu’on pense, même si ça ne les empêche pas d’arroser les plantes avec de la limonade! Bonne journée Emy!

  1. bonjour !
    belette optimiste , je connais bien maman belette elle a d abord été ma collègue de travail et nous avons toujours gardés contact , une femme merveilleuse .Vous avez son sens de l humour .
    j ai hate de vous lire encore et merci pour le tuyau , j ai lu le début de l histoire comme ca je suis a jour . bonne semaine !

    • Bonjour dame Anonyme, merci pour vos bons mots! Avoir le même sens de l’humour que Maman Belette, c’est un beau compliment car elle me fait beaucoup rire, presque autant que Jeune frère Belette! Merci de votre visite!

Les commentaires sont fermés.