Chronique de l’Étrange: Cruising Bus

Samedi soir, autobus 18 Beaubien. Ma voisine d’en avant, l’incarnation ambulante de l’expression «Où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir», a enlevé ses ballerines et applique minutieusement du vernis couleur « fruit du dragon » sur ses ongles d’orteil. Mon voisin d’en arrière sent tellement le gros gin que si la police m’arrête, je vais aussi échouer l’alcootest, sans même avoir bu. Ai-je précisé que c’est la pleine lune?

Une jeune femme dans la mi-vingtaine, Beauté d’automne, est debout tout près. Cheveux châtains en chignon fou, teint de pêche et gros tricot gris douillet, elle est d’une beauté discrète qui se révèle au fur et à mesure qu’on la regarde.

Ce que n’a pas manqué de faire Charmeur Frisé, un sympathique jeune homme basané qui vient de s’asseoir. Sourire éclatant, vêtements taille Tendance (i.e. trop grands) et une jambe interminable qui obstrue l’allée. Il l’interpelle.

– Salut!
– Salut.
– Sais-tu si Christophe-Colomb est encore loin?
– Hum… Oui, c’est assez loin encore.
– Ah, c’est super! Ça va me laisser le temps de te dire que t’es belle!
– Merci.
– Sérieusement, t’es vraiment belle! Pis tes yeux, wow!
– Merci. (Sentez-vous son manque flagrant d’enthousiasme? Pas Charmeur Frisé…)
– Habites-tu dans le coin?
– Non.
– Je te cruise pis t’as pas l’air intéressée, es-tu lesbienne? (Deux mots: Ma-laise)
T’aurais le droit, tsé.
– J’espère bien! (réprime une envie de rire) Non, je suis en couple.
– En couple lesbienne?
– Nôônn.
– Ah moi, une fille en couple, j’touche pas à ça. J’ai l’air de rien de même, mais j’ai des principes! J’voudrais pas qu’on me le fasse, tsé.
– C’est bien, ça.
– Ça me sauve du trouble aussi, fait que je touche pas à ça.
– C’est une excellente idée, je trouve.
– Mais ça m’empêche pas de te dire que t’es belle, même si t’es en couple!  Pis j’le dirais même si t’étais lesbienne. J’te cruise pas, mais j’peux te parler pareil! Tu reviens d’où? T’en vas-tu chez vous?

Debout près d’eux, un homme intervient dignement. Portant moustache, cheveux longs frisés, bottes hautes et long manteau marine à large col, il a l’air d’un mousquetaire!!
– Pardonnez-moi, mais je crois que cette gente demoiselle aimerait que vous cessiez de l’importuner.

Beauté d’automne remercie le Dartagnan de Rosemont d’un regard reconnaissant;
– Ben, je descends, en fait. Salut!

Elle sonne vivement et sort en vitesse. Est-ce son arrêt? Pas certaine.

Pas offusqué le moins du monde, Charmeur Frisé repart à la chasse de son oeil de braise. Pourra-t-il tester son charme subtil et ravageur sur une autre chanceuse?

Advertisements

4 avis sur « Chronique de l’Étrange: Cruising Bus »

    • Bonjour Anonyme! En effet, ça aurait très bien pu m’arriver! Mais mon statut de «médame» m’a épargnée, je crois. J’aurais eu cette «chance» si Charmeur Frisé avait eu l’air d’un motard, par contre; cette clientèle me trouve plutôt irrésistible! Je suis allée attendre la 45 Papineau sous la pluie avec un rat et faire traverser la rue 3 fois à un non-voyant indécis à la place! Que du plaisir!
      Merci de votre visite et de votre commentaire!

    • C’est vrai qu’il y a de l’amour dans l’aiiiiirrrrrrrr dans le transport en commun ces temps-ci, Emy! Je ne sais pas si j’ai vraiment la vocation, tu sais. Blonde Inconnue Mystérieuse n’a jamais répondu et en plus, je fais terriblement cordonnier mal chaussé! 😉 Reste que ça fait des histoires passionnantes, les gens semblent beaucoup les aimer. C’est pourquoi je garde l’oeil et l’oreille ouvertes! Merci de ta visite, bonne soirée!

Les commentaires sont fermés.