Chronique Mode: Comment réinventer le bouton à 4 trous

45 Papineau, chaud samedi soir. J’ai la face rouge comme un spectacle sons et lumières, un bouton sur le nez digne de Rudolph et le pli de coude suintant comme une statue de Ste-Marthe-sur-le-lac en 1986. Mon meilleur look à vie si jamais je croise l’homme de mes rêves. Ou George Clooney dans l’autobus 45.

Je suis solidement entourée par deux inconnus, qui combattent chacun la canicule de façon différente. Celui de droite a un certain âge, des lunettes et un air sérieux. Il porte un polo couleur mééyissss.

Vous ne connaissez pas cette couleur? C’était le nom donné au jaune pâle par l’animatrice trop motivée d’un défilé de sous-sol. Là où la sympathique voisine permanentée à la thermopompe bruyante, dont la visite bloque votre stationnement, devient mannequin d’une demi-heure, dans cette version mode de la démonstration Tupperware.

– Paulette porte un ensemble jupe et veston de couleur mééyisss et ça, les Dames, c’est très très jeuuuuli. Ça va avec tout, du méyisss, les Dames! Avec du bleu marine, du brun, du rose, c’est à la mode et c’est très jeuuuuli! Avec tout, tout, tout!

(Du rose???)

Cet été, notez que le polo mééyisss se porte à l’envers. Chose inédite, tous les boutons du polo sont soigneusement attachés, mais vers l’intérieur. Les étiquettes ondulent au vent comme des drapeaux, y compris l’étiquette de prix. On constate donc que l’épouse de Monsieur (il n’a sûrement pas choisi cette couleur lui-même!) aime le mééyiss… En liquidation!

Mon voisin de gauche a aussi un certain âge, également des lunettes et une longue queue de cheval. Contrairement à mon voisin de droite, il renie complètement le concept des boutons.

Il offre donc au monde une plantureuse bedaine à rendre jaloux le Père Noël. Généreux, (merci, c’est trop!), il partage aussi une abondante pilosité 3 couleurs le qualifiant pour la portion « Avant » d’une pub d’entreprise d’épilation au laser. Ou de déboisement forestier.

Lui, c’est toute sa chemise qui ondule au vent. Mais même si elle était de couleur mééyiss, ça ne serait pas suffisant pour être jeuuli!

Advertisements

8 avis sur « Chronique Mode: Comment réinventer le bouton à 4 trous »

    • Bonsoir Emy! Ce n’était pas si pire, en fait. C’est surtout le monsieur poilu à la chemise grande ouverte qui était le bizarre à côtoyer de près, d’autant plus que le shampooing ne semblait pas être son meilleur ami… 😉
      Merci pour ta visite!

    • Bonsoir Foudamour! C’est ça, La Relance, j’avais oublié le nom!! Vous avez reconnu l’animatrice et sa diction particulière? A-t-on essayé de vous vendre du mééyiss? J’aimerais préciser ici que j’ai acheté ladite veste, mais pas en mééyiss, en « mérine », ce qui est jeuuuuli et va vraiment avec tout!
      Merci de votre visite!!

    • On ne nommera pas de nom, mais on a tous connu une voisine de ce genre, n’est-ce pas? 😉
      Merci de ta visite, chère Mylène! Mes salutations à ton « Viking » de mari!

Les commentaires sont fermés.