Chronique de l’Étrange: Bon à s’en lécher les doigts, deux fois plutôt qu’une!

Il y a de ces événements uniques et mémorables, auquel on pense assister une seule fois dans sa vie. Quand l’unique ose se répéter, comme hier, ce n’est plus du hasard. Il faut partager à nouveau! Certains, certaines la connaissent déjà, mais ça demeure une anecdote délectable, dans tous les sens du mot!
Autobus 45 Papineau, début de soirée. Assise sur un banc individuel, une dame dans la quarantaine parle au cellulaire. De sa main libre, elle farfouille dans une immense sacoche, d’où elle pourrait sûrement tirer le nécessaire pour survivre dans une forêt hostile durant un mois. Ravie d’avoir enfin trouvé ce qu’elle cherchait, elle fixe avec un regard alléché, plein d’envie et de convoitise…

Un pilon de poulet PFK!

Vous avez bien lu!

Elle a réellement sorti un pilon de poulet frit de sa sacoche!

Nous n’avons aucune preuve. Mais on peut imaginer que l’infortunée sacoche fleurant bon le Poulet frit numéro 5, contient aussi un sac de papier devenu translucide de gras, imbibant portefeuille, kit de scrapbooking, fer plat, bulletins des enfants et trousse à maquillage… Ô joie!

Tout en jasant au téléphone, heureuse, elle grignote lentement mais très consciencieusement, comme un chat repu, son pilon de poulet, jusqu’à ce qu’il soit aussi propre et blanc qu’un os d’Idéfix ou un artéfact du Musée de Pointe à Callière. Elle remet l’os  de poulet dans sa sacoche puis s’essuie les doigts sur le côté en plastique de son banc et extirpe un autre morceau!

La dame croisée hier, quant à elle, avait une sacoche en «imitation de serpent mauve mort de peur» trop petite pour y mettre tout son poulet frit. À la place, elle a déchiré le sac de papier, juché en équilibre précaire sur le dessus de sa sacoche ouverte. Elle a étalé son repas sur la fragile nappe de papier improvisée, pour pouvoir tremper, avec force ruisselets de sauce répandus partout, ses frites dorées!

Il n’y a jamais rien de banal dans le grand théâtre de la 45 Papineau, surtout pas l’incroyable qui se croyait unique!
Advertisements

4 avis sur « Chronique de l’Étrange: Bon à s’en lécher les doigts, deux fois plutôt qu’une! »

  1. Hummm,…ç’aurait pu être aussi un bon club avec frites au vinaigre, hein Belette ? !!! Moi qui transporte aussi la moitié de ma vie dans mon sac à main, faudrait peut-être que je pense à ça 😉

  2. Menoum! Des frites au vinaigre, toujours une bonne idée, Monique! Mais un bon club avec frites aurait été beaucoup moins salissant que du poulet frit avec rivière de sauce brune!
    Merci de ta visite!

Les commentaires sont fermés.