Chronique de l’étrange: Lendemain de veille 4?

Samedi soir sur la ligne orange, Belette sort souper en ville!

Un tintamarre infernal retentit dans le wagon d’en arrière. Ça crie en choeur, ça frappe des mains, ça tape du pied!? On dirait une équipe de hockey junior lancée dans la chanson à répondre!

L’objet de toute cette attention est difficile à manquer… C’est un frêle jeune homme dans la fin vingtaine, vêtu d’un short en satin doré, de bas noirs au genou, d’une camisole noire révélant des biceps en devenir et de larges lunettes de soleil, genre Patof ou Elton John époque Candle in the wind, 1973. J’oubliais le plus important… Il porte aussi un bandeau de ratine noire! Au moins, il ne porte pas de leggins sous son short doré. Let’s get physicaaaalllllllllll! 

Tout sourire, il danse au milieu du wagon comme un membre de la famille Slomeau en manque de fondue. À la station Jarry, il sort du wagon en courant et fait 3 ou 4 push-ups sur le quai, sous les applaudissements nourris de ses 14 amis qui scandent son nom en tapant sur les bancs : HU-GO! HU-GO! HU-GO! Le wagon en tremble!

Hu-go! rentre dans le wagon en vitesse avant que le métro ne reparte. Il fait des culbutes et l’équilibre sur les mains entre les poteaux, avec, disons-le, une habileté certaine, vu que le métro tangue comme un voilier à deux mâts sur une mer agitée.

À la station Jean-Talon, il sort sur le quai et reprend son numéro! Ses amis sont en délire! Le wagon se remplit d’un public plutôt captif qui tape des mains en souriant, vu qu’on ne s’entend plus penser de toute façon!

À chacune des stations, même refrain! C’est l’enterrement de vie de garçon d’Hu-go! Heureusement, il semble beaucoup s’amuser, contrairement à d’autres qu’on voit au centre-ville en été. Barbouillés de crème à raser et embaumant la crème de menthe verte, ils se traînent les pieds avec l’air guilleret d’un employé des pompes funèbres.

Mais le short doré, les bas au genou et le bandeau de ratine en public… C’est beau, l’amour! Sérieusement, Mesdames! Peut-on vraiment blâmer certains hommes d’avoir une peur bleue du mariage et de l’engagement?

Advertisements

Un avis sur « Chronique de l’étrange: Lendemain de veille 4? »

Les commentaires sont fermés.