Chronique 45 Express: Excès de politesse

Dans un wagon de métro de la ligne orange, votre Belette à lunettes croise par hasard Virginie, une camarade de classe de l’école primaire. C’était il y a des lustres!

Évocation de vieux souvenirs et conversation classique du genre: qu’est-ce que tu deviens?  As-tu des enfants, es-tu mariée? Tu habites dans quel coin? Aimes-tu la crème glacée?

Quoi? Je vous entends froncer les sourcils jusqu’ici… Vous ne demandez jamais à vos vieilles (ou nouvelles!) connaissances si elles aiment la crème glacée? C’est une question capitale, pourtant! Selon moi, un individu n’aimant ni la crème glacée, ni les chats (il faudrait aimer au moins un des deux), est considéré comme suspect. Il devrait être placé sous l’oeil de faucon pellerin d’un organisme de surveillance dont l’expertise est internationalement reconnue, comme le FBI, le SCRS ou le Cercle des Fermières de Sainte-Angèle-des-Deux-Cabanons.

Virginie arrive à destination et sort du wagon, alors que je continue mon chemin. C’était vraiment chouette de se revoir, mais le temps nous a manqué. De part et d’autre des portes, on se salue de la main en souriant et on parle plus fort pour se faire entendre par-dessus le bruit ambiant des moteurs et le Fiiii-Doouuu-Daaahhh.  Je conclus gentiment:
– TU SALUERAS TES PARENTS!
– ILS SONT MORTS TOUS LES DEUX.
BANG!
Les portes se ferment. Le métro repart.

Vous demandez vous encore pourquoi je me cache derrière un journal?

Advertisements

3 avis sur « Chronique 45 Express: Excès de politesse »

  1. J’adore ton blog. Tu as une manière de raconter des choses du quotidien avec une ironie et une sicèrité décapante. Jette un coup d’oeil à BLAIR1789, tu es le blog star de la journée 🙂 Congratz !

Les commentaires sont fermés.