Chronique de l’étrange: L’Accro à la mayo

C’est donc bon, d’la mayonnaise! Mais on peut pas dire à quoi ça goûte…

Les Voisins, Claude Meunier, Louis Saïa

Un homme parle au cellulaire dans la 45 Papineau qui file vers le Nord:

– Oui, ce serait pour une livraison. Mon nom est Monsieur X, mon adresse est 123456789 rue Papineau et mon numéro de téléphone est le 514-666-666666. Je voudrais un club sandwich avec frites. Avec d’la mayonnaise. Pis là, j’veux de la mayonnaise dans mon club. Mettez-en. Et de la mayonnaise pour mes frites. Pas de salade de chou, pas de cornichon, pas de napkin, pas de cochonneries de même, mais j’veux de la mayonnaise.
(….)
– Vous avez compris, là? J’veux de la mayonnaise dans mon club et de la mayonnaise pour mes frites. Oui, de la mayonnaise pour mes frites. Pas de cochonneries, là!
(…)
OK, merci.
(Combien de fois le mot mayonnaise dans cette courte conversation?)

Il raccroche et se tourne vers un homme assis de l’autre côté de l’allée, qui transporte un bouquet de fleurs et fixait une tache sur le plancher d’un air anormalement attentif en attendant qu’il finisse son appel!
– Ouin, fait que j’te disais, Charles… J’te raconte pas le beau contrat  à l’étranger que je vais avoir… Pis j’te raconte pas à quel point ça va être payant! Pis j’te dis pas…….

Il poursuit son monologue, auquel l’infortuné homme au bouquet de fleurs répond par quelques grognements judicieusement placés…

Ainsi, l’Accro à la mayo affamé d’Ahuntsic interrompt ses non-conversations, remplies de «J’te dis pas!», prétextant sans doute un appel urgent à sa vieille tante Hortense, pour commander son souper depuis l’autobus! On le reconnaît à sa manie de donner son adresse à tue-tête en public (ce qui est fort pratique pour les voleurs!), et à sa dépendance à la vantardise… et à la mayonnaise.

Pourquoi commander un souper en livraison avant d’être rentré à la maison? Parce qu’on a trop faim et qu’on a mangé pour la dernière fois jeudi dernier?

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Advertisements